Site Loader

La place Pey Berland est une des places emblématiques de la ville de Bordeaux. Elle tient son nom de Pierre Berland (Pey Berland en Gascon), élu archevêque de la capitale girondine en 1430. Située dans l’hyper-centre bordelais, elle réunie plusieurs axes principaux de la ville. Pas moins de 14 rues permettent d’accéder à cette place majestueuse où déambulent plusieurs centaines de personnes chaque jour.

L'histoire de la place Pey Berland

Autrefois, elle se prénommait place du palais ou encore place de la préfecture. Effectivement, son quotidien était rythmé par l’histoire des monuments qu’elle regroupe. C’est entre 2002 et 2004 que la place modifie son aménagement pour accueillir les deux lignes des tramways A et B. Sol en dalles grises et bancs en pierre, la nouvelle disposition permet à la place d’être une plaque tournante pour les usagers.

Que voir sur la place ?

La cathédrale primatiale Saint-André

L’église-cathédrale de l’archidiocèse de Bordeaux est le lieu de culte le plus imposant de la ville. Le pape Urbain II la consacre en 1096. Par la suite, des architectes la reconstruisent dans le style gothique entre XIIe et le XVIe siècle. Au fur et à mesure des siècles, de nombreux mariages royaux y sont célébrés. En effet, elle accueillit, entre autres, le mariage royal de Louis VII et d’Aliénor d’Aquitaine en 1137, ainsi que celui d’Anne d’Autriche et de Louis XIII en 1615. Aujourd’hui classée au patrimoine mondial de l’Unesco et patrimoine historique, la cathédrale Saint-André de Bordeaux présente une architecture intérieure et extérieure à couper le souffle. 

Cathédrale Saint-André de la place Pey Berland

La tour Pey Berland

La tour Pey Berland est le cloché séparé de la cathédrale Saint-André. En effet, les deux édifices religieux sont éloignés dû au sol marécageux et aux vibrations des cloches pouvant endommager la cathédrale. Classée aux monuments historiques, elle est également classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Des architectes la construise entre 1440 et 1500 dans un style gothique. Sa flèche, autrefois emportée par une tempête hors du commun, est aujourd’hui ornée par la statue dorée de Notre-Dame d’Aquitaine, Vierge à l’enfant. Elle abrite désormais en son sein un bourdon de plus de huit tonnes. D’ailleurs, il est possible d’y accéder. En effet, vous pouvez admirer la beauté de la ville de Bordeaux à 150 mètres de hauteur en montant les quelques 233 marches menant jusqu’au sommet de la tour. Pas de vertige qui tienne ! C’est d’ailleurs le monument historique le plus visité de Bordeaux. Il serait dommage de manquer cela.

Tour Pey Berland de la place

Le palais Rohan

Le palais Rohan est un palais bordelais bâtit en 1771. Entres autres, il servit d’hôtel de l’Archevêché, hôtel du département et de la préfecture. Mais ce n’est pas tout ! Il servit aussi de palais impérial à Napoléon 1er et de château royal sous Louis XVIII en 1815. Aujourd’hui et depuis 1835, le palais abrite l’hôtel de Ville de Bordeaux. Son architecture néoclassique se rapproche de celle du Grand Théâtre. En effet, l’architecte Victor Louis a participé à l’édification de ces deux monuments emblématiques.

Palais Rohan sur la place Pey Berland

La statue de Jacques Chaban-Delmas

Elle trône sur la place depuis le mois de novembre 2012 au nord de la cathédrale Saint-André et face au Palais Rohan. L’oeuvre de 3,2 mètres de haut pesant 1 100 kilogrammes rend hommage à Jacques Chaban-Delmas. Par ailleurs, il fut notamment maire de Bordeaux de 1947 à 1995. 

Statue Jacques Chaban-Delmas sur la place Pey Berland

Admirer la place Pey Berland

De petits cafés, bistrots et restaurants se situent au coeur de la place. Ils donnent une vue directe sur celle-ci à des angles différents. Idéals pour se reposer entre deux promenades, ils permettent de se rafraichir et de se restaurer au coeur d’un secteur chargé d’histoire.

La place Pey Berland se situe idéalement à proximité du quartier Saint-Pierre, du triangle d’or ou encore de la Place des Quinconces et de la Place Gambetta. D’ailleurs, la place est un secteur dynamique qui concentre les plus hautes instances. Ces bâtiments d’architecture moderne cohabitent avec les immeubles anciens dans une belle harmonie.

Sophie Gonçalves

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *